MASQUE RÉUTILISABLE

MasquesMasques
PETITS MAIS COSTAUDS !
Pour votre protection et votre santé, Le Slip Français propose des masques adultes et enfants (à partir de 6 ans) en tissu, réutilisables et testés jusqu'à 40 lavages.

Nos masques garantissent une filtration minimum des particules à 98% et sont classifiés de catégorie 1. Ils sont validés par la Direction Générale des Armées et sont efficaces pour vous protéger contre la Covid-19 et ses variants connus.

NOS CONSEILS

Journal de bord

RETOUR SUR LA MOBILISATION DE LA FILIÈRE TEXTILE

Pour répondre à la demande de masques de protection dans le cadre de la crise du COVID-19, Le Slip se mobilise aux cÎtés de nombreux partenaires et en collaboration avec les autorités.

Le prĂ©sident du Slip Français, Guillaume Gibault, raconte au fil des jours cette aventure collective qui anime l’équipe du Slip et la filiĂšre textile.

Retour sur cette mobilisation depuis le 30 mars 2020 à aujourd’hui.

LUNDI 30 MARS 2020

Vous le savez peut-ĂȘtre mais Ă  la diffĂ©rence de certaines de nos marques amies, 1083, Saint James, Petit bateau ou encore Tuffery, Le Slip Français n’a pas ses propres ateliers et ne peut donc pas choisir de fabriquer directement des masques dans un contexte oĂč, Ă  l’annonce du confinement, 25 de nos 27 ateliers partenaires dĂ©cident, par mesure de prĂ©caution, de fermer leurs portes.

Toute l’annĂ©e, nous faisons travailler la filiĂšre un peu partout en France, nous coordonnons, organisons les ateliers et les diffĂ©rentes mĂ©thodes de travail de chacun pour fabriquer et distribuer prĂšs d'un million de produits par an.

Alors, Ă  l’heure de la crise, quand la filiĂšre toute entiĂšre se mobilise, quand elle rouvre ses portes pour transformer les lignes de production et fabriquer des masques, produit totalement inconnu pour la plupart, il Ă©tait inconcevable pour nous de rester sans rien faire.

On clame haut et fort tous les jours que si on veut changer le monde, il faut commencer par changer de slip. A nous d'ĂȘtre Ă  la hauteur et de nous mobiliser avec eux.

Mais comment nous rendre utile ?

Face à l’urgence, nous avons trùs vite compris que les ateliers avaient besoin d’aide :
Quel modĂšle de masque fabriquer ?
Comment s’assurer de leur performance ?
Comment s’approvisionner en matiùres ? En fournitures ?
Comment mettre en place des mesures de sécurité pour les équipes ?
Comment et Ă  qui les donner ? les vendre ?

Alors, de façon pragmatique, nous avons fait ce que nous faisons toute l’annĂ©e : nous avons commencĂ© Ă  les aider Ă  se coordonner, Ă  s’organiser.

De façon totalement bricolĂ©e, au dĂ©but, avec les quelques ateliers que nous connaissons le mieux. Puis, face Ă  l’ampleur de la demande, nous avons mis les bouchĂ©es doubles et nous sommes mis au service du ComitĂ© StratĂ©gique de la FiliĂšre Mode et Luxe, en collaboration Ă©troite avec le MinistĂšre de l’Economie et des Finances, dont la mission est justement de coordonner la filiĂšre textile Made in France.

C’est ce que nous faisons depuis 10 jours en dĂ©ployant des outils numĂ©riques collaboratifs pour essayer, de notre mieux, d’aider Ă  structurer la filiĂšre au travers d’un groupement dans la mission que le gouvernement lui a confiĂ© avec le CSF : fabriquer des masques de protection simples Ă  destination de toutes les entreprises de France.

AprĂšs seulement quelques jours, dans un incroyable Ă©lan de solidaritĂ© collective, le Groupement “CSF” Mode et Luxe compte ce matin 320 ateliers et fabricants de matiĂšres mobilisĂ©s un peu partout en France , une capacitĂ© de production de 600 000 masques/jours et a reçu sur les derniĂšres 72H une demande de 9 millions de masques Ă  fabriquer.

Je vous propose ici un retour en arriĂšre.

MERCREDI 18 MARS 2020

Nos ateliers partenaires Lemahieu Ă  Lille et Histoire de Femme Ă  Manthes sont les premiers Ă  se lancer en urgence dans la fabrication de masques et utilisent certaines de nos matiĂšres.

Dans la journĂ©e, le MinistĂšre de l’Economie et des Finances missionne le ComitĂ© StratĂ©gique de la FiliĂšre Mode et Luxe (CSF) pour coordonner la filiĂšre en groupement et fabriquer Ă  grande Ă©chelle des masques de protection Ă  destination des entreprises de secteurs essentiels Ă  l’économie du pays : Agro alimentaire, Distribution, Pharmacie, Gestion de l’eau, Gestion des dĂ©chets.

Frédérique Gerardin, Déléguée du CSF, met en place, en urgence dans la nuit avec son mari, un site dédié pour recenser les ateliers mobilisés.

JEUDI 19 MARS 2020

Certains de nos ateliers, Histoire de Femme, Lemahieu, Saint James, Kiplay, La Confection du Coglais, Eminence et Regain, comme beaucoup d’autres un peu partout en France, avancent de leur mieux, sur la fabrication des masques. Aucun d'eux n'en a jamais fabriquĂ©.

L’élan de solidaritĂ© est immense, la confusion presque tout autant :
Quel modĂšle fabriquer ?
Comment le faire valider auprĂšs de la Direction GĂ©nĂ©rale de l’Armement ?
Comment trouver les matiĂšres ?

J’attire ici votre attention sur un point : la plupart des ateliers textiles ne sont pas en capacitĂ© de fabriquer de masques FFP2 selon la norme sanitaire NF EN 149 Ă  destination du personnel mĂ©dical directement exposĂ© au virus (l’Etat a directement rĂ©quisitionnĂ© les usines spĂ©cialisĂ©es dans la fabrication de ces masques FFP2 et complĂ©tĂ© par des commandes Ă  l’export).

La mission confiée au CSF par Bercy est, elle, de fabriquer à grande échelle des masques anti projections simples pour protéger non pas le personnel soignant au contact direct du virus mais les salariés qui continuent à travailler dans leurs entreprises pendant la crise du COVID 19.

Ces masques “simples” pour la plupart en tissus lavables et rĂ©utilisables empĂȘchent les projections et empĂȘchent donc de transmettre le virus. Ils permettent une sĂ©curitĂ© totale pour une entreprise dĂšs lors que tous les salariĂ©s le portent. Pour ĂȘtre mis sur le marchĂ©, ces masques anti projections simples doivent impĂ©rativement ĂȘtre testĂ©s sur 2 critĂšres : leur respirabilitĂ© et leur filtration.

Oui, je vous abreuve un peu de termes techniques mais il ne faut pas prendre les choses Ă  la lĂ©gĂšre, c’est notre responsabilitĂ© d’ĂȘtre trĂšs clair sur ce que nous pouvons faire, ou non. Chacune des entreprises qui donne ou met sur le marchĂ© ces produits, mĂȘme dans ce contexte d’urgence absolue, est responsable de l’information qu’elle fournit.

Histoire de Femme lance la premiĂšre production de masques “simples” Ă  destination d'un EHPAD, Ă  court de stock, qui en a fait la demande. On leur donne accĂšs Ă  nos stocks de matiĂšres, on leur en livre d’autres si besoin et on coordonne les Ă©changes pour gagner du temps.

VENDREDI 20 MARS 2020

Au fil des Ă©changes avec les 7 ateliers, nous comprenons que tous se mobilisent Ă  travers la France et qu’il faut absolument les aider Ă  se coordonner au niveau national tant la tĂąche est complexe : transformer ses lignes de production du jour au lendemain pour fabriquer un produit qu’on ne connaĂźt pas, assurer la sĂ©curitĂ© de ses Ă©quipes dans le contexte sanitaire, comprendre et appliquer le cadre technique et juridique d’un produit de santĂ©, s’approvisionner... Tous, partout, se mettent derriĂšre les machines.

Je prends contact avec le ComitĂ© StratĂ©gique de FiliĂšre et leur propose notre aide pour coordonner le groupement. Guillaume de Seynes, son prĂ©sident, FrĂ©dĂ©rique Gerardin, DĂ©lĂ©guĂ©e, LĂ©a Marie de l'IFTH et RĂ©fĂ©rente technique CSF et Marc Pradal, PrĂ©sident de l’UFIMH m’accueillent dans leur petite Ă©quipe.

Le CSF a du pain sur la planche : définir un référentiel de masques anti projections qui soient les plus performants possible au niveau national et coordonner efficacement en quelques jours les ateliers français pour une fabrication à grande échelle.

Vendredi Soir, nous sommes en contact avec 16 ateliers. C'est un début.

SAMEDI 21 ET DIMANCHE 22 MARS 2020

En lien avec le site public du CSF, l'Ă©quipe du Slip dĂ©ploie des outils numĂ©riques collaboratifs de pointe pour coordonner le groupement (un bon vieux Google Sheets et une boucle Whatsapp, on a pas de pĂ©trole mais on a des idĂ©es !). Un Ă  un nous prenons contact avec tous les ateliers français et leur proposons de rejoindre le groupement. Cet outil permet Ă  chacun (Ă©tablissements demandeurs de masques, confectionneurs, fournisseurs de matiĂšres
) de recenser ses besoins et/ou ses ressources en temps rĂ©el et d’entrer en contact directement avec celles et ceux qui pourront l’aider ou qui sont dans le besoin.

Dimanche soir, 92 façonniers et 42 fabricants matiÚres ont rejoint le groupement pour un potentiel de fabrication de 80 000 masques par jour.

LUNDI 23 MARS 2020

Les ateliers continuent de nous rejoindre et de prendre en main les outils. A 14h30 nous ouvrons la demande de masques au public sur le site du CSF. A 21h, 20 000 masques sont déjà demandés sur cette plateforme.

De son cotĂ©, notre atelier partenaire Lemahieu dĂ©ploie, avec le CHU de Lille, l’opĂ©ration #DesMasquesEnNord et lance un appel Ă  ceux qui peuvent coudre. 24h plus tard, plus de 5 000 couturiĂšres et couturiers ont rĂ©pondu et Lemahieu leur envoie des kits de masques Ă  fabriquer chez eux/elles avec de la matiĂšre que nous lui avons fourni.

MARDI 24 MARS 2020

En 24 heures, la plateforme regroupe désormais 130 ateliers de confection, 90 fabricants de matiÚres avec une capacité de production de 300 000 masques par jour.

L'Ă©quipe du Slip continue d'intĂ©grer de nouvelles entreprises au groupement, de les accompagner pour prendre en main les outils et coordonne les demandes de masques. A la fin de la journĂ©e : 1 million de masques sont demandĂ©s. Et cela s’accĂ©lĂšre de jour en jour.

VENDREDI 27 MARS 2020

En 4 jours, 8 millions de masques sont demandĂ©s sur l’outil collaboratif, la capacitĂ© de production est passĂ©e de 300 000 Ă  500 000 masques par jour.

SAMEDI 28 MARS 2020

Nous avons organisĂ© hier matin une visioconfĂ©rence avec AgnĂšs Pannier-Runacher, la SecrĂ©taire d’État auprĂšs du Ministre de l’Economie, qui a portĂ© la voix du gouvernement pour guider et encourager les 320 entreprises qui ont rejoint le groupement du CSF. Son message Ă©tait clair : le pays a besoin de la filiĂšre Made in France pour protĂ©ger la population et le gouvernement compte sur nous.

Le cadre technique progresse Ă  grand pas et les ateliers se mettent en ordre de bataille pour fabriquer Ă  grande Ă©chelle.
D’un cĂŽtĂ©, le nombre de masques demandĂ©s grimpe en flĂšche, de l’autre, nous n'avons jamais vĂ©cu si grande mobilisation dans la filiĂšre qui, on le rappelle, a vu 80% de ses effectifs disparaĂźtre en 30 ans (460 000 emplois textiles en France dans les annĂ©es 90 contre 96 000 en 2018).

LUNDI 30 MARS 2020

La Direction GĂ©nĂ©rale de l’Armement valide les masques qui sont fabriquĂ©s comme Masques Ă  Usage Non Sanitaire (UNS).
Deux types de masques sont créés :
- Catégorie 1 : à usage des professionnels en contact avec le public
- CatĂ©gorie 2 : Ă  visĂ©e collective pour protĂ©ger l’ensemble d’un groupe portant tous ces masques

VENDREDI 3 AVRIL 2020

A ce jour, 578 Entreprises sont engagĂ©es dans le groupement et la capacitĂ© de production a atteint les 800 000 masques / jour. La demande de masques, ne cesse d’augmenter avec 14 millions de masques en demande.

LUNDI 6 AVRIL 2020

Grande nouvelle : le groupement intĂšgre les surblouses Ă  son action.

C’est un besoin trĂšs fort qui a Ă©tĂ© identifiĂ© par les hĂŽpitaux et sur lequel la filiĂšre textile peut aussi aider Ă  son niveau. Le groupement CSF met Ă  jour ses outils et mobilise les entreprises dans la fabrication Ă  grande Ă©chelle de blouses avec une notice technique dĂ©diĂ©e.

MARDI 7 AVRIL 2020

Presqu’un mois aprĂšs le lancement du groupement, il regroupe dĂ©jĂ  610 entreprises et la mobilisation sur les surblouses grandit en peu de temps.
Masques :
Capacité de production : 800 000 masques / jour
35 Millions de masques en demande
Surblouses :
Capacité de production : 1 800 surblouses / jour
210 000 en demande

JEUDI 10 AVRIL 2020

Jeudi soir, Envoyé Spécial a suivi Lemahieu, notre atelier partenaire, qui se mobilise avec Des Masques en Nord pour le CHU de Lille en fabriquant des masques avec nos tissus.

Cliquez ici pour voir le passage sur YouTube
Cliquez ici pour télécharger le passage

Vendredi 24 AVRIL 2020

Le groupement du Comité Stratégique de la FiliÚre Mode et Luxe devient Savoir Faire Ensemble ! Savoir Faire Ensemble publie une tribune pour raconter cet incroyable élan de solidarité.

MERCREDI 29 AVRIL 2020

Savoir Faire Ensemble se mobilise pour rĂ©aliser un tutoriel de fabrication de masques Ă  la maison avec des tissus Ă©valuĂ©s par la DGA dans l’une des 2 catĂ©gorie UNS 1 ou 2.
Pour garantir l’efficacitĂ© de ces masques il faut absolument utiliser des matiĂšres qui rĂ©pondent Ă  des caractĂ©ristiques techniques prĂ©cises en terme de « respirabilitĂ© » et de « filtration ».
Ces matiÚres, dont les fabricants ont fait évaluer ces caractéristiques, sont indiquées sur cette page.

LUNDI 4 MAI 2020

La mobilisation continue depuis 1 mois et c’est plus de 1 000 entreprises qui ont rejoint le Groupement Savoir Faire Ensemble.

Masques :
Capacité de production : 5 millions de masques / jour

Surblouses :
Capacité de production : 870 000 surblouses / jour


Au fil des semaines, la mobilisation s’organise, des masques sont livrĂ©s et l’aide s’étend au delĂ  des masques.
Demain, ce sera peut-ĂȘtre des charlottes, draps, tabliers de protections dont les demandes commencent Ă  affluer. Autant de produits aujourd’hui trĂšs difficiles Ă  trouver ailleurs, Ă  faire venir en France, dont nous avons cruellement besoin et que notre industrie ne sait plus produire Ă  l'Ă©chelle.

ET MAINTENANT?

SAVOIR FAIRE ENSEMBLE DEVIENT "FAÇON DE FAIRE" !

Alors que l’on commence à se projeter au-delà de la crise sanitaire, 227 entreprises de ce groupement font aujourd’hui le choix de poursuivre leur action commune au sein de l’association “Façon de Faire”.

Cette nouvelle association, dont Guillaume est le PrĂ©sident, s’attachera Ă  faire rayonner le savoir-faire des ateliers textiles et habillement français, et, en s’appuyant sur les mĂ©thodes collaboratives innovantes imaginĂ©es dans l’urgence en 2020, s’emploiera Ă  faciliter la mise en relation avec les donneurs d’ordre : entreprises, marques, collectivitĂ©s, grande distribution.